Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
American Train

American Train

Tout l'univers des trains miniatures Américains à l'échelle O

Publié le par American Train
Publié dans : #Tests Review
EMD SW1 Petite mais costaud

L’EMD SW1 est une locomotive de manœuvres diesel-électrique de 600     chevaux (450 kW), construite par General Motors Electro-Motive Corporation (plus tard Division), entre décembre 1938 et novembre 1953.

L’assemblage final s’effectuait à l’usine EMD à LaGrange (McCook), dans         l’Illinois.

La SW1 était la deuxième génération de locomotives de manœuvres d’EMD, succédant au SC (cast frame-cadre moulé) et au SW (welded frame-cadre     soudé) et le dernier fabriqué per Electro-Motive Corporation avant de         devenir une division officielle de General Motors.

Le changement le plus important par rapport aux modéles précédents a été l’utilisation d’un moteur de conception propre à EMD, le nouveau moteur 567 de l’époque, ici en forme V6 de 600ch (450 kW).

Très populaire auprès des compagnies ferroviaires, 661 locomotives de cette conception furent produites, aucune SW1 n’a été construite après mars 1943, jusqu’à ce que la production reprenne en septembre 1945.

A l’heure actuelle, cette petite switcher continue d’être utilisée pour            différentes applications, que ce soit sur des lignes secondaires, des services industriels ainsi que pour des trains d’excursions ou de tourisme. A ce jour, il y a plus de deux douzaines de SW1 officiellement conservées.

Bien que la division Electro-Motive (EMD) de General Motors s’attribue            souvent le mérite d’avoir catalogué des modéles de locomotives de             manœuvres de première génération comme les NW2, SW1, SW9, SW1200 et de nombreuses autres, l’histoire de ces locomotives est bien souvent         méconnue et même oubliée.

Tout commença à l’Electro-Motive Corporation avant qu’elle ne devienne une division de GM. Entre le milieu et la fin des années 1930, l’entreprise         commença à commercialiser divers modéles de switchers dédiés à des taches précises telles que le SC, NW, SW et NC. La plupart des désignations de ses switchers par EMC se référaient simplement à la façon dont leurs chassis étaient construits et à leur puissance nominale en chevaux-vapeur. Dans le cas du SW, cela signifiait 600 chevaux-vapeur construits avec un chassis        soudé.

Les numéros correspondants qui ont suivi dans les modéles ultérieurs           indiquaient simplement leur ordre dans la production. Bien sûr, sous GM,     certaines de ces désignations changèrent, mais généralement, elles           restèrent les mêmes. L’EMD SW1 était le deuxième modèle de la série et, bien qu’il ait été équipé d’un moteur de 600 chevaux (utilisant le nouveau modèle GM à six cylindres 567, puis le 567A), la désignation « SW » des futurs modéles n’avait que le nom (Le « S » désignant la « Switcher »), car le SW600 plus récent développe 600 ch (la plupart étaient plus puissant). L’unité     conserva la carrosserie courte caractéristique d’EMC, qui ne mesure que 44 pieds (environ 13 mètres) et s’amincît juste avant la cabine.

La SW1 offrait un effort de traction parmi les plus élevés pour une switcher EMD/EMC, 49 500 livres d’effort au démarrage et 34 000 livres en continu. Il est intéressant de noter que le design était encore plus épuré que la NW2, avec seulement 99 tonnes !

Motorisation et transmission

La SW1 introduisit une version 6 cylindres du moteur de la série 567 (plus tard 567A) pour les switchers EMC/EMD.

Développant une puissance de 600 chevaux (450 kW) à 800 tr/min, ce moteur est resté en production jusqu’en 1966. Conçu spécialement pour les             locomotives, il s’agissait d’un modèle suralimenté à deux rangées de             cylindres disposées en V à 45 degrés, avec un alésage de 216 x 254 mm, ce qui donne une cylindrée de 9,29 L (567 pouces cubes) par cylindre.

Une génératrice à courant continu alimente quatre moteurs, deux sur chaque bogie, dans une configuration B-B.

La SW1, comme la plupart des locomotives de manœuvres de chez EMD,     utilise le bogie AAR de type A spécifique aux locomotives de manœuvres.

EMC/EMD construit ses propres composants depuis 1939.

Modifications durant la production

Comme la plupart des modéles de locomotives ayant perdurés, un certain nombre de modifications furent apportées à la SW1 au cours de sa               production.

Côté motorisation, les locomotives d’après-guerre furent quelque peu        améliorées en étant dotées du moteur 567A.

Un changement facilement identifiable est la forme des deux fenêtres     centrales de la cabine, situées au-dessus du capot moteur qui étaient à     l’origine incurvées pour suivre la ligne du toit puis sont devenues plates peu après le milieu des années 1950.

Une autre caractéristique que l’on peut repérer facilement est le joint         installé entre le capot et la cabine, qui était un joint à double épaisseur sur les premières unités, remplacé par un simple joint sur les unités                  précédentes.

Les premières locomotives étaient livrées avec une cheminée d’échappement trapue, mais celle-ci ne soulevait pas suffisamment les gaz d’échappement des locomotives, ceci entravant la visibilité de l’équipe de conduite. Toutes les unités ultérieures ont été livrées avec l’échappement coniques standard des locomotives de manœuvres d’EMD, tandis que les premières unités       furent généralement modifiées avec des cheminées plus hautes.

Les premières locomotives n’avaient qu’un seul gros fanal avant, tandis que plus tard, elles avaient un fanal composé de deux phares accolés.

La première photos ci-dessous montre une SW1 première version avec les     fenêtres avant incurvées et un seul phare avant alors que sur la seconde photo, les fenêtres sont de forme rectangulaire avec un fanal avant à double optique.

EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud

La SW1 ressemble beaucoup à ses prédécesseurs SC et SW mais ne possède qu’une seule cheminée au lieu de deux, un capot beaucoup plus court et une plate-forme arrière plus large, pas de petites persiennes sur les côtés            supérieurs avant du capot et une large grille à la place des évents sur le     devant du capot.

Le bac à sable devant le radiateur est un peu plus petit sur le SW1.

Comparé aux locomotives de manœuvres plus récentes, le SW1 possède un capot beaucoup plus court, de larges plates-formes à chaque extrémité, une seule cheminée d’échappement et un grand bac à sable de type sacoche.

Préservation

La première SW1 construite par EMC en 1939 est préservée au California State Railroad Museum de Sacramento, en Californie. Cette lococmotive était utilisée par Holly Sugar à Santa Ana et Tracy en tant que locomotive n°1.

Penchons-nous maintenant sur la reproduction à l’échelle O de cette SW1, de chez MTH, dans la gamme RailKing Scale, ce qui signifie, rappelons-le, que bien qu’étant produite dans la gamme RailKing, elle est à l’échelle exacte 1/48eme et donc parfaitement compatible avec le matériel de la gamme     Premier de ce même fabricant.

EMD SW1 Petite mais costaud

Fiche technique :

Nom : SW1

Compagnie : Seaboard

Type : Locomotive diesel

Référence : 30-2902-1

Ligne de produit : MTH RailKing Scale

Système : Proto-Sound 2.0

Date de sortie : Juin 2009

Prix catalogue : $299.95

Rareté : Modéle relativement rare.

Réédition : Jamais

Pour cette présentation, nous avons sélectionné une SW-1 en livrée Seaboard et plus exactement en Seaboard Air Line Railroad, qui est une ancienne     compagnie ferroviaire qui n’existe plus aujourd’hui, créée en en date du 14 avril 1900 et qui perdura jusqu’au 1er juillet 1967, après quoi elle fusionna avec sa vieille rivale, l’Atlantic Coast Line Railroad, pour former la Seaboard Coast Line Railroad.

Cette SW-1, numéro 1200 est le seul et unique exemplaire perçu par la     compagnie Seaboard en mars 1939, il s’agit donc de l’une des premières     versions, avec les fenêtres de façade qui suivent la courbe du toit de la         cabine, la petite cheminée et le bloc de phare unique à l’avant comme à     l’arrière.

D’une dimension d’environ 27cm de long en incluant le chasse-pierres avant, le châssis, réservoir, bogies, roues, axes de roues, pilots, garde-corps et     coupleurs fonctionnels (Proto-Couplers) sont en métal.

La coque est entièrement en ABS, hormis les détails rapportés comme les différentes petites rambardes, poignées, ainsi que le klaxon et la cloche qui sont en métal (Photos ci-dessous).

EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud

Elle est équipée de deux moteurs à volant d’inertie, motorisant chacun un bogie et d’une platine Proto-Sound 2.0 3V disposant des fonctionnalités         inhérentes à ces platines comme le klaxon, la cloche, le bruitage de            l’accélération, décélération, freinage et différents dialogues et séquences     sonores (Freight Yard Proto-Effects). Elle est bien entendu contrôlable en conventionnel ou DCS comme l’ensemble des machines Proto-Sound 2.0 et 3.0.

L’éclairage se compose d’un phare avant et arrière qui s’inversent en fonction du sens de la marche.

La peinture sur l’ensemble des parties en métal est parfaitement appliquée, y compris le jaune présent sur les garde-corps et les épaisseurs des marches.

Le moule de la coque, bien qu’étant en ABS, possède les éléments de détails représentatifs de ce modèle, comprenant les différentes portes d’accès aux éléments du moteur, les grilles d’aération sur le dessus du capot et sur le devant, l’échelle d’accès sur le côté droit de la coque en regardant la machine de face, l’encadrement en noir des fenêtres de façade et arrière, et en gris métallisé pour les fenêtres latérales.

Les délimitations entre les différentes couleurs (noir et rouge) sont parfaites et la sérigraphie comprenant le numéro de la machine en gris apposé sur le coffre à sable avant, tout comme ceux en blanc, présents sur les côtés des phares avant et arrière, le nom de la compagnie en gris sur les côtés du         capot moteur ainsi que l’emblème de la compagnie et de nouveau le numéro de machine sur les côtés latéraux de la cabine sont propres, lisibles,            parfaitement lisses et sans reliefs apparents.

Nous regrettons la représentation des garde-corps installés aux extrémités des plates-formes avant et arrière, alors que ceux présents latéralement sont fixés directement sur le chassis, faire de même eut été un apport esthétique certain, plutôt que d’avoir cette grande bande jaune apposée sur l’épaisseur du chassis, quitte à faire un ajout d’une pièce rapportés sur l’épaisseur des côtés du châssis, afin d’en prolonger les extrémités (photo ci-dessous).

EMD SW1 Petite mais costaud

Bien qu’à l’intérieur de la cabine, l’un des moteurs soit visible, notons la     présence de deux figurines.

EMD SW1 Petite mais costaud

Conclusion :

Avec un rayon de courbure O-31, il est possible de l’utiliser sur l’ensemble des configurations, d’une short line à un réseau plus conséquent, la conduite est souple, agréable et précise, sans à-coups, le ralenti est constant, la           réalisation générale, par rapport au modèle réel est respectée, hormis, comme nous l’avons précisé précédemment, les garde-corps avant et arrière dont la pose aurait pu être effectuée différemment afin d’en améliorer        l’esthétique.

Le son est parfaitement reproduit et fidèle.

EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud

A noter que différentes versions existent de la SW-1 dans la gamme RailKing, dont le modèle plus récent avec les fenêtres de façade rectangles et la     cheminée allongée, par exemple en livrée Pennsylvania.

Dans la vidéo que vous pourrez retrouver à la fin de cette article dans           laquelle cette SW-1 évolue, une GP-40 en livrée Seabord est également       présente, dont nous allons vous en faire la présentation ci-dessous.

EMD SW1 Petite mais costaud

La GP40 est une locomotive routière/de manœuvres, diesel-électrique à 4     essieux construite par General Motors, division Electro-Motive, entre           novembre 1965 et décembre 1971.

Elle est équipée d’une moteur EMD 645E3 16 cylindres, développant 3000 cv (2240 kW).

La GP40 mesure 3 pieds (0,914m) de plus que son prédécesseur EMD 567D3A, la GP35 et se distingue visuellement par ses trois ventilateurs de radiateur de 48 pouces à l’arrière, sur le dessus du capot, tandis que la GP35 est dotée de deux grands ventilateurs et d’un plus petit au milieu. Elle a été construite sur un cadre de 55 pieds (16,76m) alors que la GP35 a été construite sur un cadre de 52 pieds (15,85m), tout comme les GP7, 9, 18 et 30.

La GP40 mesure 59’2 de long, pèse 245 000 lb (111 tonnes) (sous réserve des spécifications des différents chemins de fer) et développe un effort de     traction continu total de 54 700 lb à 11,1 mi/h.

1 187 GP40 ont été construites pour 28 compagnies de chemin de fer          Américaines, 16 pour le Canadian National et 18 pour deux compagnies Mexicaines, Ferrocarril Chihuahua al Pacifico et Ferrocarriles Nacional de Mexico.

60 unités furent construites avec des capots hauts et courts et des pupitres à doubles commandes pour la Norfolk & Western Railway.

Deux versions passagers, les GP40P et GP40TC ont également été construites, mais sur des cadres plus longs, permettant d’accueillir des générateurs de vapeur et des équipements HEP.

Le 1er janvier 1972, la GP40 a été abandonnée et remplacée par la GP40-2, dotée d’un systéme électrique modulaire et de quelque modifications         extérieures mineurs.

La GP40 a souvent eu du mal à transporter des trains de marchandises longs et lourds en raison de ses problèmes d’adhérence, ce qui fut en grande partie résolu per la GP40-2.

Bien que certaines ait été mises au rebut, de nombreuses GP40 sont toujours en service, sous leur forme originale ou reconstruites selon d‘autres              spécifications.

De nombreux fabricants de trains miniatures proposent des reproductions de la GP40 dans différentes échelles, dont bien évidement MTH, qui décline ce modèle dans diverses livrées y compris Seaboard, version que nous allons vous présenter ci-dessous dans la gamme Premier.

EMD SW1 Petite mais costaud

Fiche technique :

Nom : GP-40 Diesel Engine

Compagnie : Seaboard

Type : Locomotive diesel

Référence : 20-2308-1

Ligne de produit : MTH Premier

Système : Proto-Sound 2.0

Date de sortie : Août 2001

Prix catalogue : $369.95

Rareté : Modéle relativement rare, n’ayant jamais été réédité.

Réédition : Jamais

D’une dimension d’environ 37cm de long en incluant le chasse-pierres avant, le châssis, réservoir, bogies, roues axes de roues, pilots et coupleurs            fonctionnels (Proto-Couplers) sont en métal, tout comme les garde-corps qui courent le long de la coque et des plates-formes avant et arrière.

La coque est entièrement en ABS, hormis de nombreux détails rapportés comme les grilles de ventilation latérales situées sur le haut de la coque, à l’arrière de la cabine et de la machine, les petits crochets présents en          différents endroits sur le toit, les montants d’échelle sur la façade arrière et le klaxon placé sur le toit de la cabine de conduite.

EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud

Les pales des ventilateurs présents sous les grilles de ventilation sur le     dessus du toit sont visibles et fonctionnelles.

EMD SW1 Petite mais costaud

La porte à l’arrière droite de la cabine est fonctionnelle et peut même être fermée au moyen d’une poignée de porte, elle aussi fonctionnelle.

Un essuie-glace est également installé sur la vitre de cette même porte, comme sur celle située de l’autre côté arrière de la cabine ainsi que sur les 4 vitres avant.

A noter que la porte avant, située sur la droite de la cabine est également fonctionnelle.

EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud

Cette machine est équipée de deux moteurs à volant d’inertie, d’un               générateur de fumée et d’une platine Proto-Sound 2.0 5V, disposant de     l’ensemble des fonctionnalités inhérentes à ce type de platine (sonorisation, programmation, configuration de l’éclairage, Freight Yard Proto-Effects).

L’éclairage se compose d’un fanal avant et arrière à double optique qui s’inversent en fonction du sens de la marche, de marker-lights verts avant et rouges à l’arrière, des numéros avant et arrière et d’un éclairage cabine dans laquelle se trouvent deux figurines.

La peinture et la décoration ne souffrent d’aucune fausse note, comme vous pouvez le constater sur les photos ci-dessous, notons la plaque constructeur présente sur l’épaisseur du châssis, à l’avant de la machine, à la hauteur de la cabine.

Conclusion :

Pouvant circuler sur un rayon O-31, elle est accessible à l’ensemble des     configurations, ses deux moteurs lui permettent de tracter sans encombres plus de 20 wagons de marchandises sans sourciller, le tout avec une             conduite agréable et souple, sans à-coups, c’est fiable, bien fini, propre, fidèle au modèle original, rien à ajouter.

EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud
EMD SW1 Petite mais costaud

Nous vous invitons mainteant à visionner la petite vidéo ci-dessous vous     permettant de retrouver les deux machines évoquées dans cet article,     commandées en DCS Wi-Fi.

Commenter cet article

AMERICAN TRAIN SHOP

Articles récents

CHAINE YOUTUBE

 

Hébergé par Overblog